Le spécialiste du nautisme
News

Vive les Röstis au café...

La Transat Jacques Vabre c’est maintenant. Soutenez l’équipage 100% suisse qui prend le départ avec un Class 40 flambant neuf.

Evidemment nous aurons tous les yeux rivés sur ce coup d’essai pour les IMOCA dernière génération que sont Hugo Boss, Charal et autres oiseaux volants ! Cependant la Transat Jacques Vabre c’est aussi une des courses majeures pour les Class 40 où de nombreux projets véliques et humains sont au départ au Havre.

Il y en a un que nous sommes tout particulièrement fiers de soutenir et qui représente si bien notre pays et son fédéralisme : La Roesti Sailing Team

Quand la Suisse romande rencontre la Suisse alémanique pour traverser l’Atlantique, cela donne un duo 100% suisse au départ des deux prochaines édition de la Transat Jacques Vabre : Valentin Gautier et Simon Koster, en route pour trois saisons de courses en Class40.

« C’est à l’arrivée de la Mini Transat en Martinique, alors que nous "refaisions la course" une énième fois, qu'a germé dans nos esprits l'idée de se lancer ensemble dans une nouvelle aventure. Sportivement, le projet faisait sens car nous nous sommes aguerris ces dernières années et avons prouvé à de nombreuses reprises que nous étions capables de bousculer les Bretons sur leurs terres. A force de plaisanter autour de ce projet Roestigraben, c’est tout naturellement que nous avons décidé de baptiser notre équipe la Roesti Sailing Team. » Valentin et Simon

Alors GO GO GO nos marins suisses et bon vent pour cette édition qui s’annonce aussi fascinante que disputée !

LE CLASS40, UNE MACHINE EFFICACE

À mi-chemin entre un Mini 6.50 et un IMOCA du Vendée Globe, les Class40 sont de véritables coursiers océaniques qui permettent à leurs skippers de s’aligner sur des épreuves mythiques telles que la Route du Rhum ou la Transat Jacques Vabre. Bateaux à échelle humaine, dont l’exploitation ne nécessite pas une équipe technique trop importante, ils restent financièrement accessibles.

UNE MACHINE DE NOUVELLE GÉNÉRATION

Avec un programme sur trois ans, le choix du bateau devient une question cruciale. Il s’agit de trouver un bateau qui restera dans le coup sur une longue période ; or l’architecture navale est en perpétuelle évolution et l’on voit régulièrement arriver sur le marché de nouvelles unités qui surclassent les anciennes. Après réflexion, l’idée de partir sur un bateau neuf poussant encore plus loin les dernières tendances en matière de design a été retenue. C’est en collaboration avec Samuel Manuard et Nicolas Groleau (respectivement architecte et constructeur) que les deux skippers vont développer une nouvelle évolution du MACH, bateau référence du circuit depuis plusieurs années.

LE ROESTI ROMAND | VALENTIN GAUTIER

Constructeur naval de formation, c’est au Centre d’Entraînement à la Régate (CER) de la ville de Genève que Valentin commence à affûter sa lame de compétiteur. Passé par différents postes, de préparateur technique à entraîneur, Valentin y a connu plusieurs succès en monotype (principalement en Surprise et en J70), notamment sur des épreuves de longue distance - comme la fameuse Translémanique en solitaire. Convaincu qu’il est taillé pour le large, il participe au Tour de France à la voile ainsi qu’à diverses compétitions méditerranéennes (Giraglia, Palerme-Monaco), mais aussi au convoyage d’un Class40 au retour de la Route du Rhum : de quoi confirmer cette conviction que son avenir se trouve dans le milieu de la voile hauturière.

Fin 2015, Valentin se lance dans la grande aventure du Mini 6.50 avec un objectif ambitieux : jouer les premiers rôles dans l’exigeante catégorie des bateaux de séries. Objectif atteint, puisqu’après deux saisons couronnées de succès, il se classe 5e de la célèbre Mini Transat, remportant même la première étape haut la main.

LE ROESTI ALÉMANIQUE | SIMON KOSTER

Originaire de Zurich, le Suisse allemand Simon Koster côtoie les circuits de la course au large depuis 10 ans déjà. Il réalise ses premières armes en dériveur, en Optimist d’abord, puis en Tornado, 470 et 420, où il est sacré Champion de Suisse avant de participer à plusieurs Championnats du Monde et d’Europe. Diplômé en électronique, il suit une formation de skipper professionnel en Angleterre avant de travailler comme skipper ou chef de quart sur des bateaux du circuit du Royal Ocean Racing Club.

Depuis, avec six traversées de l’Atlantique - dont les trois dernières en solitaire sur un bateau de 6,50m lors des Mini Transat 2013, 2015 et 2017 - à son actif, il est grimpé par deux fois sur le podium de la plus initiatique des transats. La seconde à bord d’un bateau novateur, où il a géré son projet de bout en bout : de la conception et construction de son prototype, jusqu’à la ligne d’arrivée de l’autre côté de l’Atlantique.
Navigateur touche-à-tout, Simon manie donc aussi bien le petit dériveur que le yacht de 80 pieds et sait mener à bien ses projets, tant sur l’eau que sur terre. Ce qui fait de lui un marin des plus complets.
Sportif, marin, régatier, technicien, communicant, logisticien, Valentin se considère comme un auto-entrepreneur polyvalent et adore relever les défis variés qu’implique le métier de coureur au large.

LA TRANSAT JACQUES VABRE | LA FORCE DU DUO

La règle de deux est donc une constance de cette épreuve : deux navigateurs, deux ports, une course bisannuelle et surtout deux partenaires majeurs qui hors des sentiers battus, défendent des principes fondamentaux humains, sportifs et éco-responsables.

L'origine de la Transat Jacques Vabre est fondée sur l'histoire des grandes routes maritimes atlantiques : ces dernières sont essentiellement liées au formidable essor économique entre les continents américains et européens, la première Transat Jacques Vabre qui relia le Havre à Cartagena (Colombie) était ainsi dans le sillage océanique du café. Jacques Vabre et la Ville du Havre célébrèrent cette voie maritime aussi importante que la Route du Thé (de Hong-Kong à Londres) ou la Route de l'Or (de New-York à San Francisco).

Les deux navigateurs de la Roesti Sailing Team sont équipés par Zhik, l’une des marques distribuées en Suisse par Bucher + Walt.

Plus d'infos: Roesti Sailing Team

Crédit photo © Thomas Deregnieaux | Banque du Léman - Naef

News

«Dans une compétition de ce calibre, les erreurs se paient cash!»

Lire la suite
Nous avons aussi...

Un aérateur solaire autonome

Lire la suite
News

Zhik devient partenaire de Alex Thomson Racing

Lire la suite