Le spécialiste du nautisme
Le spécialiste du nautisme
News

Yannick Bestaven vainqueur d’un Vendée Globe fort en émotions

Le suspens aura été total jusqu’au bout dans cette neuvième édition de la course autour du monde en solitaire.

Charlie Dalin, Yannick Bestaven, Louis Burton, Thomas Ruyant et Boris Herrmann faisaient la course en tête séparés par quelques milles au moment du sprint final en direction des Sables d’Olonne. Chacun avait sa stratégie pour tenter de devancer ses concurrents au cours des dernières heures de la course, mais c’est bien Charlie Dalin (Apivia), en tête depuis plusieurs semaines, qui a franchi la ligne d’arrivée en premier, mercredi 27 janvier 2020, peu avant 21h. Il avait quitté les Sables d’Olonne il y a 80 jours, 6 heures, 15 minutes et 47 secondes pour sa première participation à un Vendée Globe.

«Je suis heureux d’avoir franchi la ligne en tête, a déclaré le skipper français peu après avoir mis un pied à terre, comme l’a relaté 20minutes.fr. C’était une sacrée course, une sacrée aventure, beaucoup d’émotion de passer de seul au monde à autant de bateaux autour en un claquement de doigts. Je savais qu’il y aurait du monde mais je me suis fait surprendre par l’accueil. Ce Vendée Globe s’est bien passé. Il y a eu plein de rebondissements, j’ai eu des hauts, des bas, pas mal de bricolage aussi. C’est une super expérience, j’ai franchi mon premier Cap Horn. L’autre jour j’ai reparcouru ma trace, je me suis souvenu de chaque manœuvre, de chaque décision… C’est un nombre incalculable d’actions, de bricolage sur le bateau.»


Dalin: «Cette course va avoir un impact sur ma façon de voir les choses»

Malgré l’incident survenu à son foil qui lui a fait craindre de devoir abandonner la course en Australie, Dalin garde un souvenir positif de cette folle expérience: «C'était une course magique. Elle m'a changé, mais je ne sais pas encore de quelle manière. Elle va avoir un impact sur ma façon de voir les choses. C'est tellement fort ce qu'on vit que c'est forcément impactant.»

Charlie Dalin à son arrivée: Réaction à chaud de Charlie Dalin: Alors que Charlie Dalin donnait ses premières interviews, une nouvelle a fait l’effet d’une bombe aux Sables d’Olonne: l’Allemand Boris Herrmann a heurté un chalutier à 160km de l’arrivée. Ses chances de remporter la course sont anéanties d’un seul coup. Même si les dégâts sont limités, il se voit contraint de terminer son périple au ralenti.


Burton: «C’est un immense plaisir, une immense fierté»

A 0h45, c’est le Français Louis Burton (Bureau Vallée 2) qui a franchi la ligne d’arrivée. Il a été accueilli par ses proches, notamment ses enfants et… par Magic System:   «Je suis très heureux, c’est inqualifiable de terminer le Vendée Globe et de couper la ligne en deuxième position, c’est un immense plaisir, une immense fierté, un grand bonheur, on ne peut rien me souhaiter de mieux que ça», a déclaré le skipper.     Il est aussi revenu sur les soucis qui ont émaillé ce Vendée Globe, tant pour son bateau que pour ses concurrents:  


Bestaven vainqueur, Dalin fair-play

A 4h30 du matin, c’est au tour de Yannick Bestaven (Maître Coq) de boucler son tour du monde. Troisième à franchir la ligne d’arrivée, il se hisse pourtant sur la première marche du podium grâce aux compensations. Tout comme Boris Herrmann, le skipper français avait été détourné de sa trajectoire de course pour venir en aide à Kevin Escoffier, suite à son naufrage survenu le 30 novembre.

Interrogé à ce sujet, Dalin a été très fair-play: «Si c’est moi que la direction de course avait appelé pour sauver Kevin je l’aurais fait sans hésiter mais c’est tout à fait normal que des coureurs déroutés aient bénéficié de bonification. Ça fait partie de la beauté du sport, de la solidarité entre marins. Mais on ne pourra pas m’empêcher d’avoir franchi la ligne en tête.»


Bestaven: «C’est un rêve d’enfant»

Les premiers mots de Yannick Bestaven à son arrivée: «J’ai l’impression d’halluciner. On passe de la solitude totale à ça… C’est un bonheur. Je ne réalise pas ce qu’il se passe. C'est un rêve d’enfant qui se réalise.» Quand on lui demande ce qu’il aurait dit il y a trois mois si on lui avait parlé de remporter le Vendée Globe, il aurait répondu: «Pourquoi pas?», a-t-il déclaré en rigolant. Son premier but était de terminer la course et d’être dans le top 5.     Des feux d’artifice ont accueilli Bestaven à son arrivée aux Sables d’Olonne:     Il a immédiatement soulevé le tant convoité trophée du Vendée Globe pour enfin poser les pieds sur la terre ferme:     A 5h51, Thomas Ruyant (LinkedOut) est le 4ème skipper à franchir la ligne d’arrivée. Il termine à la cinquième place mais a assuré que son histoire avec le Vendée Globe «n’est pas finie».     Peu après, le président de la République a adressé un Tweet de félicitations au vainqueur Yannick Bestaven ainsi qu’à tous les méritants navigateurs:  


Herrmann: «C’était un moment très choquant»

A 11h25, jeudi 28 janvier 2021, Boris Herrmann (SeaExplorer – Yacht Club de Monaco) a franchi à son tour la ligne d’arrivée. Son accident de dernière minute lui a coûté sa place sur le podium. Il termine quatrième.

Il a expliqué ce qu’il s’est passé dans une vidéo postée sur Youtube: «J’étais en train de dormir et quelque chose m’a réveillé. J’étais dans le cockpit, j’ai regardé dehors et j’ai vu comme un immense mur : c'était un chalutier. Ma voile d’avant s’était prise dans son matériel de pêche et mon outrigger tapait contre le bateau, mon gennaker s'est bloqué. J'ai entendu des hommes crier, les voiles se déchirer. C’était un moment très choquant. J’ai investigué les choses les plus importantes. Mon balcon avant est arraché mais il tient encore, suspendu. Mon bout-dehors est cassé. Mon foil tribord est complètement tordu mais le puits de foil n’est pas touché. Je n’ai pas de voie d’eau. (...) Je n'ai jamais vécu une chose pareille en mer. Le plus important est que personne n'a été blessé.»

Le navigateur allemand assure qu’avant de s’endormir, il avait contrôlé son radar et ses systèmes d’alarme qui avaient parfaitement fonctionné jusque-là. Il se pourrait, selon ses dires, que le bateau de pêche n’ait pas enclenché son AIS. Le navire en question est un chalutier espagnol de 30 mètres, Hermanos Bustos. La Préfecture Maritime de Brest a confirmé l’accident à «Voile et Voiliers» et précisé qu’il n’y a avait pas eu de blessé à bord du bateau espagnol. Les «conséquences de cette collision et éventuelles responsabilités» seront étudiées dans un deuxième temps.  

News

Alan Roura termine son difficile Vendée Globe

Lire la suite
Vidéo

Des surfeurs secourent de jeunes navigateurs en difficulté

Lire la suite
News

Record : un 11ème tour du monde en solitaire à 81 ans

Lire la suite