Le spécialiste du nautisme
Le spécialiste du nautisme
News

Alan Roura termine son difficile Vendée Globe

Pas épargné par les soucis techniques, le skipper suisse a tout de même tenu bon jusqu’au bout.

Il aura finalement fallu 95 jours, 06 heures, 09 minutes et 56 secondes à Alan Roura pour venir à bout de sa course autour du monde en solitaire et se classer à la 17ème place. Si son objectif de base était de boucler son deuxième Vendée Globe en moins de 80 jours, le benjamin de cette neuvième édition peut tout de même être fier d’avoir réussi à rejoindre les Sables d’Olonne sans devoir abandonner en route.    

Le Suisse a en effet enchaîné les soucis techniques dont plusieurs fuites d’huile au niveau du vérin de sa quille qui lui ont, en novembre déjà, fait perdre du temps puis ont finalement eu raison de sa quille, mettant ainsi fin à ses ambitions. «Je suis en mode survie, a-t-il confié en cours de route. Mes camarades ont sûrement eux aussi leurs soucis, mais j’ai vraiment l’impression que ma situation est la pire possible. Je vis vraiment ce Vendée Globe comme un test mental et physique.»

«Ce fut une guerre contre moi-même!»

Heureusement, Roura sait se réjouir des petites choses, comme lorsqu’il a remarqué que son concurrent Stéphane Le Diraison se trouvait dans son champ de vision à quelques heures de l’arrivée. Il a quitté le mode survie pour reprendre le mode compétition et a remporté ce duel en devançant le skipper français, comme cela avait déjà été le cas lors de leur match à l’arrivée de la Route du Rhum en 2018. 

Fidèle à son tempérament de guerrier, le skipper de 27 ans a tenu bon jusqu’au bout pour franchir la ligne d’arrivée le jeudi 11 février 2021 peu après 20 heures et retrouver enfin sa femme Aurélia et Billie, sa fille de huit mois. «C'était un beau Vendée Globe, dans tous les sens du terme, a-t-il déclaré à son arrivée aux médias de l'organisation. Il se méritait. C'est quand on arrive qu'on se rend compte qu'on a réalisé quelque chose d'incroyable. Même si ce fut une guerre contre moi-même. Dans l’immédiat, j’aimerais un steak et une bonne bière!»

«Du plaisir, j’en ai vraiment pris»

Entre les conditions météorologiques difficiles, les problèmes techniques et le sauvetage de Kevin Escoffier par Jean Le Cam après son naufrage, ce Vendée Globe n’a épargné personne. Et surtout pas Alan Roura qui termine sa course 15 jours après l’arrivée du vainqueur de cette édition, Yannick Bestaven. Mais au final, c’est le positivisme du Suisse qui l’emporte: «J'ai couru en mode aventurier, j'ai appris à trouver d'autres réglages. J'ai mis du temps à prendre du plaisir, mais une fois que ça été le cas, j'en ai vraiment pris.»

Alors même si le résultat n’est pas celui qu’il avait espéré en quittant les Sables d’Olonne le 8 novembre 2020, le skipper helvétique peut être fier de lui, fier d’avoir réussi à terminer cette course envers et contre tout. 

L’arrivée d’Alan Roura:

News

Rénovation d'un voilier sur le lac de Thoune pour enfants et seniors

Lire la suite
Nouveauté

Le Kit antifouling qu'il vous faut!

Lire la suite
Vidéo

9 nœuds marins à (re)découvrir en vidéo: le nœud de grappin

Lire la suite