Le spécialiste du nautisme
Le spécialiste du nautisme
News

Une équipe suisse va participer au SailGP

Composée de membres de la Team Tilt, la Switzerland SailGP Team va rivaliser avec les meilleures navigateurs mondiaux en F50.

Tout juste revenu des Jeux Olympiques de Tokyo, le navigateur genevois Sébastien Schneiter a annoncé lundi 6 septembre 2021 à Genève, aux côtés de Russell Coutts, la création d’une équipe suisse de SailGP. 

Switzerland SailGP Team affrontera de 2022 à 2024 les équipes nationales rivales d’Australie, du Danemark, de France, de Grande-Bretagne, du Japon, d’Espagne, de Nouvelle-Zélande et des États-Unis, constituées de médaillés olympiques, de champions du monde et de vainqueurs de l’America’s Cup comme Ben Ainslie, Peter Burling, Nathan Outteridge ou Tom Slingsby.

«Notre objectif est de rivaliser avec les meilleurs»

«C’est un nouveau chapitre majeur qui s’ouvre pour la voile Suisse», a déclaré Sébastien Schneiter. «Notre objectif est de créer une équipe compétitive, avec les meilleurs régatiers suisses. Nous devons apprendre dans un premier temps mais notre objectif est de naviguer aux avant-postes et de rivaliser avec les meilleurs.»

Un entraînement en simulateur 

Le Genevois sera rejoint par d’autres membres de la Team Tilt comme Nils Theuninck, Arthur Cevey et Tanguy Cariou. Ce dernier prendra la tête de l’équipage appelé à se renforcer prochainement pour atteindre environ 18 personnes. Quant à Sébastien Schneiter, il pilotera la catamaran à foils F50 helvétique long de 50 pieds (environ 15 mètres) pouvant atteindre des pointes à 100 km/h.

La compétition débutera en mai 2022 aux Bermudes. D’ici-là, les Suisses devront s’entraîner sur un simulateur à Belfast, puisque leur bateau se trouve dans un chantier naval en Nouvelle-Zélande. Comme ce pays est à l’arrêt total dû à un nouveau lockdown, le bateau ne sera prêt que peu de temps avant le début de la saison.


Vidéo

Comment changer la cartouche de son gilet de sauvetage?

Lire la suite
Vidéo

Loïck Peyron: «Les TF35, ce sont des bateaux spectaculaires!»

Lire la suite
Vidéo

Loïck Peyron: «L'avenir du foil, c'est le moteur, pas la voile»

Lire la suite